AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (mahina) aux innocents les mains pleines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
staff ◊ cute little pearl
avatar

Mahina Presles

pseudo : untamed swallow, cynthia
messages : 267
Date d'inscription : 20/11/2016
avatar + © : rocky barnes, untamed swallow

âge : vingt-quatre ans, trois juin (naissance) / cinq novembre (adoption)
job/étude : championne régionale féminine de jiujitsu brésilien, donne des cours aux juniors depuis peu.

MessageSujet: (mahina) aux innocents les mains pleines   Dim 20 Nov - 22:46

Mahina Presles




prénom : ton prénom reste ton seul héritage, la dernière trace de cette mère disparue. mahina, autrement dit la lune pour le peuple laotien. tu songes parfois à une connotation particulière, à l'ironie face à ton caractère solaire. tu t'imagines être née une nuit de pleine lune, parfois tu penses à certaines croyances qu'aurait pu avoir tes parents. t'en sais pas plus pour autant, et t'aimerais pas le savoir, parce qu'autrement tout cette magie lunaire disparaîtrait. nom : presles c'est ton nom, celui que tu revendiques, le seul qui te convienne. en réalité t'es née sous x, tu n'avais pas de nom, d'appartenance jusqu'à ce que tu ne rejoignes cette famille, ta famille. tu ne vivais pas encore que celle qui t'as mis au monde souhaitait te délaisser pour d'autres. t'en es pas malheureuse, t'es bien tombée chez les presles. c'est des gens biens et tu les aimes. âge, date de naissance : t'entames ta vingt-quatrième année sur terre. le temps file et toi tu ne le vois pas s'écouler. t'as arrêté de compter depuis tes vingt ans. chaque année tu fêtes stupidement un anniversaire qui n'est pas forcément le tiens. t'es pas bien certaine de ta date de naissance, la réglementation dans ton pays n'était pas ce qu'elle est aujourd'hui en france. on t'a pourtant attribué une date, approximative. c'est pourquoi chaque année tu as le droit à deux anniversaire, le premier celui de cette naissance peu probablement exacte (trois juin), le deuxième celui de ton adoption (cinq novembre). lieu de naissance : probablement dans une salle de bain, quelque part dans un village laotien. peut-être à l'hôpital tu n'en sais rien. t'es née contre sa volonté. mais t'as réellement vécu que depuis que t'as rejoins la france, auprès des presles. origines, nationalité : tes origines tu les portes dans tes gênes, tes veines. elles sont peintes sur ton visages, sur chacun de tes traits. ta peau halée, tes yeux légèrement bridés. t'es née au laos, tes géniteurs aussi sans doute. mais t'en as pas l'origine, t'as coupé les ponts avec tout ça depuis tes cinq mois. au moins tu te souviens de rien. dans ton coeur t'es française et tu n'as qu'une famille. orientation sexuelle : on te prêtes souvent l'étiquette de goudou, de brouteuse de gazon. t'aimes pas trop ces expressions bidons pour désigner une femme aimant une autre femme. t'es pas homosexuelle, non, toi t'aimes les hommes, les vrais. t'aimes sentir leur force et leur virilité. mais tu t'amuses de ces rumeurs, de ces murmures. tu n'es pas contre, t'en sais trop rien. finalement peut-être qu'un jour il t'arrivera de tenter le coup, avec une femme. mais pas maintenant, t'es trop absorbée par tes jeux de séduction à la con, tes flirts, tes coucheries. t'es pas ce qu'on peut appeler une salope, tu t'amuses un peu, simplement et surtout dignement. occupation : t'aimais pas vraiment l'école. ce n'est pas que tu n'étais pas assez intéressée ou cultivée, simplement tu ne parvenais pas à te concentrer assez longtemps pour suivre les cours. t'avais constamment besoin de bouger, tenir en place t'étais tout bonnement impossible. alors t'as arrêté bien vite, juste assez tard pour ne pas partir de rien. mais t'as fait de ta passion ton métier. t'as bossé dur sur le tatami, pendant que tu flânais en cours. t'as décidé de faire de la compétition, puis t'es devenue la meilleure du département et désormais de la région. t'es une championne régionale de jiujitsu. c'est pas très réputé, ça paye pas des masses, mais c'est pas ce qui t'importe. t'as de l'ambition, tu vois les choses en grand. tu te prépares à passer les régionales pour la deuxième fois, visant par la suite le championnat de france. tu t'entraînes toi, mais t'entraînes désormais les autres aussi. tu t'es pris d'affection pour ces gosses. c'est trois heures par semaine, ça te prend pas beaucoup de temps et t'apporte pas beaucoup d'argent, mais tu agis avec coeur et passion. tout ce qui t'importes, finalement. situation financière : t'as jamais manqué de rien. en fait, t'es plutôt bien tombée chez les presles puisqu'ils avaient assez d'argent pour élever leur petite tribu et les combler de biens et d'amour. t'es pas du genre matérialiste, en générale tu te contentes d'un rien. ta vie tu l'aimes simplement, pas artificiellement. t'es pas à plaindre, t'as une enveloppe de billets qui va sur ton compte tous les mois, des extras parfois, et des économies qui feraient pâlir la mahina d'il y a dix ans. mais t'es pas du genre à tout claquer comme ça, pour un caprice. ton argent tu le gardes, pour un projet, plus tard. tu sais pas encore quoi, mais ça vaudra le coup. statut civil : tu t'es toujours comparé à un électron libre, à quelque chose de libre et d'éphémère. t'es cet oiseau qui déploie ses ailes et qui s'envolent au loin, sans se retourner. t'aimes pas les attaches, le fait d'être dépendante. t'es consciente des sentiments, ils te gênent pas eux. t'as pas la frousse non plus, t'es pas une handicapée de l'amour. t'aimes simplement ta liberté, tes poignets délaissés de leurs chaînes. tu te poses rarement, peut-être parce que tu te lasses trop vite. t'aimes pas la monotonie du quotidien, t'as pas envie de finir vieille fille, mais pourtant tu ne peux pas t'empêcher de profiter des atouts de ta jeunesse. t'es encore qu'une âme volage, quasi libertine. tu te dis que ces expériences c'est maintenant qu'il faut que tu les fasses, pas à trente ans. parce que même si aujourd'hui tu flirtes sans donner de suite à tes relations, sans supporter la monogamie, t'es quand même le genre de nana à vouloir finir mariée avec des enfants. traits de caractère : à l'écoute, adroite, ambitieuse, attentive, attentionnée, attrayante, audacieuse, authentique, avenante, bienveillante, caractérielle, chaleureuse, charismatique, combative, compétitive, compliquée, confiante, consciencieuse, cultivée, cynique, déterminée, digne de confiance, directe, dominante, droite, économe, éloquente, empathique, engagée, entêtée, enthousiaste, entreprenante, épanouie, excessive, fourbe, franche, généreuse, humble, impatiente, impliquée, imprudente, impulsive, indécise, indépendante, indomptable, instable, instinctive, intrépide, joueuse, juste, libérée, maligne, minutieuse, modeste, mystérieuse, naturelle, nuancée, observatrice, ouverte, passionnée, persévérante, perspicace, rancunière, réfléchie, revêche, sarcastique, sauvage, séduisante, serviable, sincère, solide, souriante, talentueuse, téméraire, tenace, vigoureuse, volage, célébrité : rocky barnes. groupe : il est relou.



ton plat préféré : la raclette, c'est convivial puis tu manges des patates, du fromage et de la charcuterie, du gras, beaucoup de gras. ta boisson alcoolisée préférée : en général t'es plutôt portée sur la vodka, mais le cocktail qui lui ferait prier les saints (ou seins) n'est autre que le maï-taï, et pas de blague raciste, merci. plutôt chat ou chien : ça a toujours été la question existentielle de ta vie, aurais-je un chat ou un chien plus tard. t'as mis un temps fou à te décider, parce que t'aimes le caractère sauvage et libre du chat, mais également la folie et la fidélité du chien. t'as pas tranché par toi-même, c'est ton chien qu'est venu à toi, alors tu l'a gardé. ta relation avec tes parents en un mot : soutient, parce que malgré ton choix de carrière originale ils ont toujours été derrière toi. parce qu'ils ont été les seuls à comprendre ton choix, celui de quitter l'école, de préférer la passion à la raison. t'es un bon menteur : tout dépend du mensonge. t'es une bonne séductrice, tu mens parfois sur ton histoire. il t'arrive également de mentir sur ton passé, tes origines, ton métier. mais, quand il s'agit de mentir à tes parents, tu redeviens cette gamine de cinq qui vient de se faire prendre la main dans le sac après avoir piquer un coockie dans la boîte à gâteau. quelles sont les trois choses que t'apporterais avec toi sur une île déserte : un bateau, autant le dire clairement c'est la meilleure issue de secours, un kit de survie et ton chien. une de tes peurs : les orages. tu te sens ridicule, t'aimes pas cette vulnérabilité qui prend possession de ton corps lorsque l'éclair perce le ciel, mais t'y peux rien. tu fais une crise de tétanie à chaque fois que le tonner gronde, tu retournes en enfance, terrorisée par cette lumière dans le ciel, ce grondement qui te fait pâlir. ton adolescence en un mot : sportive, parce que t'es pas passée par toutes les cases de l'adolescence comme les autres. tu faisais passer ton sport avant tes études, avant tes proches, avant les sorties. t'avais un objectif en tête, tu l'as atteint, mais pour ça t'as du faire des concessions et ça a empiété sur ton adolescence. le pays que t'aimerais visiter : t'aimerais pouvoir dire le laos, mais tu n'es pas vraiment certaine de vouloir y mettre les pieds un jour. autrement, l'égypte est un pays dont la culture t'intéresser, de fascine même. t'aimerais marcher sur les traces de ces pharaons, des esclaves, de ces génies de la constructions. ton plus grand regret : tu n'en as pas vraiment. t'as toujours vécu dans l'idée que tu préférais avoir des remords plutôt que des regrets, alors même si tout ne c'est pas passé comme tu le souhaitais, au moins tu pourras dire ne pas vivre avec de regrets. ta plus grande fierté : sans nul doute avoir remporter les championnat régionaux deux années consécutives. ta chanson du moment : dark necessities, des incontournables red hot .

toi et la clope, c'est souvent ? 1, parce qu'il t'arrive de t'en griller une, mais que tu tiens tellement à ta forme physique que tu ne te permettrais pas d'en devenir accroc. est-ce que tu vas souvent au McDo ? 2, parfois tu suis le mouvement. mais t'es beaucoup plus portée sur les pizzas que sur les fast food. t'aimes les repas gastronomiques ? 3, c'est bon, mais c'est cher et t'as rien à manger dans ton assiette. cela dit, c'est toujours agréable de se voir attablée dans un restaurant de luxe. en soirée, tu commences d'abord par la bière ? 3, tu passes toujours assez vite aux choses sérieuses. le petit-déjeuner le matin, c'est obligatoire ? 4, tu t'efforces en effet de toujours avoir quelque chose à te mettre sous la dent. c'est pas forcément un déjeuner complet chaque matin, mais de toute façon il est tellement rare que tu te lèves sans avoir l'estomac qui crie famine, que tu ne rateras presque jamais un petit déjeuner. les animaux, c'est ton truc ? 4, tous dépends des animaux, mais du moment qu'ils sont mignons comme tout, tu les aimes. t'as des coups un peu bizarre de toute façon, t'aurais adopté un hérisson, un furet ou un renard, si t'en avais eu la possibilité. la plage, t'aimes ça ? 5, t'es autant une beach girl qu'un adepte du tatami. tu rêves de vivre à la campagne ? 0, passer des vacances au plein air, à la ferme, avec des chevaux. mais de là à y vivre toute l'année, pas certain que ça te conviendrait. voyager fait partie de tes plans pour l'avenir ? 5, t'as l'ambition de voir le plus de pays possible avant que ton corps ne finisse pas te dire merde. t'espères également avoir à partir à l'étranger pour des compétitions, mais t'en es pas encore là. les enfants, ça te fait peur ? 3, pour l'instant oui. tout du moins tu ne te vois pas devenir maman maintenant. mais un jour viendra où tu te sentiras prête. biarritz, c'est une ville animée ? 5, c'est bien le cas de le dire. quand tu sors, tu rentres seul(e) ? 1, t'as pas vraiment une bonne étiquette auprès d'une certaine catégorie de personne, mais ça te passe par dessus. t'aimes profiter des plaisirs que t'offre la vie, voilà tout. tu respectes le code de la route ? 3, tu roules en scooter, parce que t'es jamais parvenue à passer ta conduite. trop nerveuse, trop énergique, les examinateurs ont toujours trouvé de quoi te recaler. alors, avec simplement ton code en poche, tu fais ce que tu peux pour te déplacer. et même si tu fais attention à ta survie, t'es pas des plus sérieuse derrière ton guidon.


untamed swallow

pseudo/prénom : untamed swallow, cynthia. âge : vingt-deux. pays : france. type de personnage : inventé. qu'est-ce que tu penses de LOL : je pense que ça ne sert vraiment plus à rien de dire ce que j'en pense siffle quel niveau d'intervention laisses-tu à aléas de la vie : niveau trois, encore, toujours, on aime les défis par ici. crédits : ban (tumblr), titre (fauve), avatar (money honey.).dernier mot :

Code:
<mt>rocky barnes </mt>◊ mahina clemans





Dernière édition par Mahina Presles le Dim 20 Nov - 22:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
staff ◊ cute little pearl
avatar

Mahina Presles

pseudo : untamed swallow, cynthia
messages : 267
Date d'inscription : 20/11/2016
avatar + © : rocky barnes, untamed swallow

âge : vingt-quatre ans, trois juin (naissance) / cinq novembre (adoption)
job/étude : championne régionale féminine de jiujitsu brésilien, donne des cours aux juniors depuis peu.

MessageSujet: Re: (mahina) aux innocents les mains pleines   Dim 20 Nov - 22:47

la luciole


(01) tu ne connais pas tes géniteurs, ni même les raisons qui les ont poussé à te laisser aux mains d'autres. tu te doutes, que la misère pourrait y être pour grand-chose, mais finalement tu n'en es pas certaine. tellement de raisons auraient pu pousser ta mère biologique à t'abandonner, jeunesse, adultère, dignité, croyance. tu ne sais rien d'elle et, même si enfant tu t'amusais à lui inventé une vie, à dessiner dans ton esprit ce que tu serais aujourd'hui si tu n'avais jamais quitté le Laos, tu n'en fais désormais pas tout un cinéma. loin de toi l'idée de la retrouver, de retourner ciel et terre pour pouvoir la rencontrer. peut-être est-elle décédée à l'heure d'aujourd'hui. tu n'en sais rien, en réalité tu ne sais rien et tu ne veux absolument rien savoir. (02) ton adoption n'a jamais été un secret, ni pour toi, ni pour les autres. comment aurait-il pu, avec ton teint hâlée et tes yeux de biches. tu n'es jamais passé par cette phase de colère, d'incompréhension. peut-être parce que tu avais adopté les Presles comme eux l'avaient fait quelques mois après ta naissance. pour toi il n'y a aucun doute a voir, ils sont et resteront ton unique famille. ta mère n'a pas eut la chance d'être en capacité de concevoir et, débordante d'amour, elle vous a adopté, toi et tes frères et soeurs. vous êtes au nombre de quatre, tous issus de pays différents. vous n'aviez pas la même culture, mais vous êtes désormais unis par un lien peut-être plus fort que celui du sang. (03) t'as jamais été une gamine comme les autres. tu ne supportais pas les filles dans la cours de récré, toujours fourrée avec les garçons t'étais devenue une sorte de championne aux piles et plus tard au jeu de paume. tu collectionnais les cartes pokémon, les t-shirts de foot. t'as jamais supporté porter du rose, tu cramais les poupées barbie de ta soeur au miro-onde, tu faisais des expériences chimiques avec les produits de beauté de ta mère, t'escaladais les murs, te roulais dans la boue. t'étais un vrai chenapan, un garçon manqué, assumé. même si aujourd'hui encore tu te sens mieux dans une paire de basket plutôt que haut placée sur des talons, t'es parvenue à redevenir femme, gracieuse et élégante. femme surprenante. (04) ton adolescence tu l'as passé sur le terrain. parce que des sports t'en as fait et pas qu'un peu. t'es passé par tous les styles, de la danse moderne au tennis, en passant par l'équitation. mais celui qui t'as le plus marqué, celui que tu n'as jamais abandonné c'est ton kimono. à peine trois ans que tu te trouvais d'ors et déjà sur un tatami. abonnée au judo pendant cinq années, t'as fini par faire du jiujistu brésilien ta passion, ton quotidien, t'as bouffée d'air. tu pouvais pas t'en passer, t'en avais toujours besoin de plus. puis t'étais douée, c'était pas très étonnant. alors t'as persévéré et te voilà aujourd'hui à ton top. (05) t'as vraiment été en couple qu'une seule fois dans ta vie. peut-être une fois de trop, parce que t'es certainement pas tombée sur un bon gars. tu t'es sentie diminuée, soumise à la force masculine qu'il dégageait. mais t'as eu du mal à t'en échapper de cette relation sans issue dans laquelle t'étais moins que rien. parce que tu te sentais trop bien dans ses gros bras. parce que t'avais pas les yeux en face des trous, un voile couvrant la lumière de la vérité. à l'évidence t'étais trop jeune pour du sérieux, et lui trop vieux pour penser comme toi. t'as finalement réagis, et tu t'es sortie de ce merdier. t'en sors pas traumatisée parce que t'as l'âme dure, forte. mais t'en as appris, de tes erreurs. (06) t'aimes laisser planer le mystère. t'aimes que l'on parle de toi, que l'on se pose des questions, qu'on en invente les réponses. t'aimes ça pas parce que tu sens épiée comme un célébrité, mais parce que ça te fais doucement sourire. t'es seule, tes traits ne sont pas aussi doux et fins que ces demoiselles bonnes à mariées, tu pratiques un sport plus volontiers prêté à un homme. que d'indices quant à ta sexualité. tu t'en manques, ouvertement. tu les laisses croire à ton attirance pour les femmes. mais t'aimes pas ces termes durs et crus parfois employés. tu ne démens pas, parce qu'au fond tu n'as jamais goûté qu'aux plaisirs charnels en compagnie des hommes. peut-être que ça te plairait, peut-être pas. en attendant toi tu profites, de cette satisfaction que t'offrent les hommes. t'es peut-être bien ce qu'on pourrait appeler une timpe de nos jours, parce que les femmes n'ont pas le droit de se laisser aller aux plaisirs avec plusieurs types. mais c'est pas ce qui importe, tant que t'es une femme assumée. (07) t'es une grande amatrice de football et en ce temps d'euro, tu n'as qu'un seul mot à la bouche : gagner. tu parles tactique, défaite, jeu, joueurs, comparaison, paris. t'es présente à chacun des matchs ne serait-ce que derrière l'écran de ta télévision. tu portes avec fierté les couleurs de ton pays, la marseillaise siffle entre tes lèvres. t'es une de ces supporters qui gueule pour un simple accrochage, qui pleure aux défaites comme aux victoires. mais, en dehors de l'équipe de france, c'est le club d'arsenal que tu supportes, par choix et non par localisation. t'as été bien trop déçue par les girondins. (08) t'as toujours rêvé de savoir compter les cartes, bluffer les gens, faire des tours de magie extraordinaires, pas de ceux avec une boîte ou le coup du chapeau et du lapin. t'aimerais pouvoir ressembler à isla fisher dans insaisissable (et t'en aurais certainement profiter pour ta taper tes co-stars), d'ailleurs t'en attends la suite avec impatience. t'es fascinée par ces gens qui possèdent le talent de tromper les autres d'un simple geste, d'une banale lumière, d'une diversion. (09) beaucoup de préjugés racontent que les sportifs n'ont pas de cerveau. pour certains, comme ribéry, il n'y a pas de toute et pourtant ce n'est pas ton cas. t'es même plutôt intelligente, sournoise et logique. t'as simplement pas voulu mettre ces capacités au service de ta scolarité. t'es cultivée, t'en as beaucoup appris dans les livre. puis t'es passionnée, par la litterrature et l'antiquité. si tu n'étais pas tomber en amour pour ton sport tu te serais certainement dirigée vers un telle carrière, t'aurais peut-être intégré la police scientifique dans l'espoir de ressembler à ces profiler que tu observes à la télévision. t'en as les capacités, t'es pas une blonde de bande dessiné. t'as simplement un autre destin en tête. (10) la notion de pudeur ne t'effleure pas. tu comprends le besoin des autres de se camoufler, de garder pour eux certains choses, d'avoir leur périmètre vital autour d'eux. mais toi, t'as pas besoin de tout ça. t'es capable de te trimbaler en sous-vêtements dans ton appartement alors que tes invités sont tranquillement installés sur le canapé, tu prends ta douche où tu trouves de la place, qu'importe qui se trouve autour. tu fais pipi comme un mâle dans la rue. t'es du genre à jamais broncher pour un vrai bain de minuit. tu partages des détails de ta vie privée qui ne concerne pourtant que toi. t'as pas de tabou. t'es bien trop à l'aise avec ton corps et ton esprit. (11) t'aurais bien aimé avoir le talent pour concocter de bons petits, mais tu t'avères être une piètre cuisinière. évidemment, on ne peut être doué dans tous les domaines, seulement tu n'es capable de mijoter que les basiques, ne laissant jamais cours à ton imagination de peur de choper une malheureuse intoxication alimentaire. t'es pas non plus capable de différencier un oignon, d'une échalote, ne parlons pas de toutes ces herbes qui se ressemblent, des épices. t'es jamais parvenue à retenir le temps de cuisson d'un oeuf à la coque, mollet ou dur. en bref, tu cuisines très rarement et souvent à tes risques et périls. (12) t'as jamais cherché à connaître la vérité sur tes parents, contrairement à tes frères et soeur. tu n'en as jamais ressenti l'envie, le besoin. t'avais déjà ta propre famille alors à quoi bon déterrer le passé quand un océan avenir se présente à toi. t'es du genre à regarder droit devant toi, à foncer sans te retourner. t'as pourtant longtemps inventer des histoires concernant tes parents, mais t'étais qu'une gamine qui laissait cours à son imagination. tu peux comprendre cette envie de marcher sur les traces de ces ancêtres. mais t'as pas envie de passer par toutes ces démarches, de trouver du vent, d'être déçue. (13) t'as un chien, tout juste sortie de l'enfance. t'étais pas déterminée à adopter un animal, c'était trop de contrainte. mais t'as pas su résister à ces yeux doux, ces oreilles pendantes et ces pleurnichements qui t'ont fait fondre le coeur. tu l'as trouvé caché derrière un carton. il était à personne. t'as cherché pourtant. tu l'as gardé le temps de lui trouver une famille, puis t'es finalement devenue cette famille. ça t'as paru naturel, t'as arrêté de lui chercher un nouveau maître. tu t'étais habituée à lui, comme lui c'était attaché à toi. il t'en a fait voir de toutes les couleurs, mais maintenant t'as bien du mal à te passer de lui.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(mahina) aux innocents les mains pleines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Impages hectica - Linne ,1758
» La poignée de mains
» Mains de l'horreur et mains sanglantes
» Edward aux mains d'argent
» Coe David B. - Le combat des innocents - La couronne des sept royaumes T4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Le petit bonheur :: Le temps des cerises :: Mistral gagnant-