AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
member ◊ cute little nemo
avatar

Morgan Céasar

pseudo : nev.
messages : 139
Date d'inscription : 21/11/2016
avatar + © : dylan rieder (badblood)

âge : vingt trois collants
job/étude : vendeur de rêves et de pirouettes, entre école et troupe de danse.

MessageSujet: alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure   Mar 22 Nov - 17:23


si le visage n'est qu'un terrain immense qu'une quiétude sans égal, le reste ne suit pas. lèvre crispée, regard acéré. derrière le masque de simplicité il n'y a que les détails qui ramènent à la réalité. regard sombre, regard hardant, regard glaçant. ce n'est pas singulier, c'est n'est pas habitude, ce n'est pas exactitude. c'est sur plusieurs personne qui se déplacent, qui se le passent, le renvoie, l'éteignent et le rallument. encore une fois. la voix résonne, la musique s'arrête, une seconde, revient, la même. depuis cinq heures. six heures même. toujours la même. respiration qui se reprend, un corps qui s'éloigne. retour en arrière. tu sors de l'espace, tu t'esquives pour laisser le reste de la troupe s'avancer, un pas. puis deux. rond de bras, dos cambrés. tes doigts se resserrent sur ta serviette pour essuyer ton visage, ton coup, tu bois. tu ne te poses pas. c'est pas la fin, il l'a dit. encore. frustration. énervement. tu ne sais pas si de toi ou des autres il y a le plus à redire. un tout global, peut-être. ou peut-être elle. tu contournes le banc du fond, tu la rejoins en silence. et son regard fixé sur la troupe t'insupporte. pourquoi ne peut-elle pas un instant arrêté de fuir ce genre de moment ?

le quatuor attention... elle ne t'a laissé aucune chance, elle est comme ça, intouchable dans ces moments. pas cette fois, depuis des jours c'est pareil. mais plus le temps d'essayer, tu te places, tu fixes l'entraineur et son aura d'enseignement. la musique reprend le reste. pas cette fois, mais plus tard. Kevin se place légèrement devant toi souriant avec ce regard épuisé d'avoir trop répété. encore et encore. un regard à Oscar t'apprend que c'est dans le regard de tous, même le tien. peu importe. un, deux, trois,quatre.. et t'es parti. tu t'appuies en demi pointe, ton bras se repositionne automatiquement dans cet angle que ton entraineur t'a fait retravaillé plus de deux jours d'affilé. t'enchaines, tu comptes plus. et en quelques secondes tu retrouves son corps, son regard. tes doigts passent sans aucune difficulté autour de sa taille laissant son dos se plier dans un dessin des plus parfait. plus souple Alix, laisses ton poids être porté par ton mouvement.. et ça continue, encore et encore. adaptation, et pendant un bref instant le reste n'existe plus. rien existe quand elle danse. le sait-elle seulement à quel point tu pourrais ne pas voir crever ta mère à côté juste si elle se mettait à danser au même instant ? a-t-elle conscience de ta tête qui bascule dès qu'elle se met en mouvement ? [...]

c'était juste le temps d'un instant, parce qu'après elle a filé. encore. et quand tu sors des vestiaires, douché, sac sur l'épaule et les cheveux trempé qui goutte sur ton tee-shirt, tu ne vois que sa chevelure qui s'éloigne déjà. trop loin. bordel... tu tournes en rond, dans ta tête c'est Bagdad. encore plus quand sa distance met à mal votre duo. tu sais qu'elle ne le fait pas exprès, tu sais que ça ne se ressent pas, pas pour les autres. mais pour toi c'est toute la différence. son corps qui se veut si distant du tien dans la vie privé te met au supplice pendant tes heures de boulot.
alors t'es faible, c'est connu quand même. elle n'en a pas conscience c'est ça le pire. et tu finis à grimper les marches de son immeuble, le soleil s'étant doucement couché sur votre ville adoré. t'as enfilé un tee-shirt blanc, et un jean noir, casquette à l'envers qui retient tes cheveux pas coiffés. tu sonnes, a-t-elle conscience qu'elle va jusqu'à te faire acheter des plats asiatiques à emporter juste pour ses beaux yeux ? et quand la porte s'ouvre tu reviens sur terre. acheter des plats à emporter pour ses beaux yeux et ceux d'Oscar qui semble être un facteur toujours présent. vous vivez enfin en colocation london'boy ? tu questionnes avec humour en passant devant lui sas attendre d'être invité. tu déconnes, mais c'est vrai que son appartement se trouvant parait-il dans l'immeuble, tu les verrais plus en colocation. t'aurais préféré qu'elle soit seule, qu'elle soit à toi, qu'elle soit libre d'entendre tes explications ou tes questions. mais tant pis, Oscar n'est pas le pire des imprévus. elle est ici ? j'ai ramené à manger si t'as faim. tu lances par dessus ton épaule à l'anglais qui est vite devenu collé à cette fille. il est en couple, parait-il. mais après tout, t'es pas jaloux. t'as jamais voulu marqué Alix comme propriété privée, tu serais incapable de la garder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member ◊ cute little nemo
avatar

Oscar Teller

pseudo : tadshoot
messages : 15
Date d'inscription : 21/11/2016
avatar + © : benjamin eidem

âge : 24
job/étude : danseur classique

MessageSujet: Re: alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure   Mar 22 Nov - 18:12

La fatigue se lit sans peine sur ton visage. Pourtant, t’es censé être habitué. T’as toujours travaillé comme un fou. Pour t’améliorer. Pour faire toujours mieux. Mais là. Depuis ton arrivé à Biarritz, t’as l’impression que le niveau s’est encore élevé d’un cran. L’exigence est plus haute et tu n’atteint clairement pas encore le niveau de Morgan ou de Julien. Seul Kevin semble être globalement de ton niveau. Et encore. Mais tu t’acharnes. Tu ne baisses pas les bras. Jamais. Alors lorsque l’entraineur vous appelle de nouveau, tu te mets en position, levant la tête bien droite. Et tu continues. Comme ça. Jusqu’à ce qu’il mette finalement fin à la journée.

T’as l’impression qu’on t’a roulé dessus. Un camion. Au moins. Chaque muscle de ton corps te fait souffrir et tu dois sincèrement te faire violence pour sortir de la douche. T’étais bien toi, sous l’eau brulante, le front posé sur le carrelage froid. Mais Alix t’entend, tu le sais. Et tu sais qu’elle est pressée. Tu as aperçu son regard fuyant face à Morgan. Et même si tu ne comprends pas ce qu’il se passe, tu comprends qu’elle veut s’enfuir vite. Rentrer à son appartement. Un sourire vient gagner ton visage lorsque tu la vois. Alix. Là, avec ses longs cheveux mouillés qui se balance au gré du vent d’été. Elle a l’air fatigué aussi ta Alix. C’est vrai que l’entraineur s’est un peu acharné sur elle aujourd’hui. Tu n’as pas vraiment compris pourquoi d’ailleurs. Pourquoi elle plutôt qu’un autre ? Doucement, tu viens attraper son bras, et tu t’éloignes sans un mot vers votre immeuble. Vous n’avez pas vraiment besoin de mots. Tu la soutiens comme elle te soutiens. Dans la fatigue et la passion.

Elle s’est échappé dans la chambre un instant, pour se changer. Et lorsqu’on sonne à la porte, elle t’intime d’y aller. De toute façon, ici, c’est presque chez toi. Tu y passes un temps fou. Pas que tu n’aimes pas chez toi, mais Aydan est bruyant et bordélique. Et puis, t’es bien ici. Avec elle. A regarder des choses un peu idiotes à la télé. Et à parler. Ou surtout à l’écouter parler. Tu grimaces en te levant, allant ouvrir la porte pour y découvrir Morgan. « vous vivez enfin en colocation london'boy ? » Tu hausses un sourcil lorsqu’il se contente d’entrer sans même te demander ton avis. Et tu l’observes faire, ne pouvant t’empêcher de juger ce corps qui parfaitement sculpté. Et tu t’en veux à peine l’as-tu fait. Parce que Morgan, il a cet effet là chez toi. Attirer ton regard. Trop. Pas comme il faudrait. Parce qu’évidemment, tu es humain. Tu n’as pas arrêté d’observer les jolis corps depuis que t’es en couple. Mais lui, c’est différent. Tu l’observes beaucoup. Trop probablement. Tu apprends peu à peu chacune de ses petites manies. Et ça en devient presque effrayant. Tu réagis un peu tardivement à sa question « Heu … non … » Réponse intelligente. Tu fermes la porte tandis que le garçon pose son regard sur toi. « elle est ici ? j'ai ramené à manger si t'as faim » Alix en profite pour passer la porte de sa chambre, posant son regard sur le brun. Et toi, comme un con, tu n’oses plus vraiment répondre. Comme s’il valait mieux que tu t’effaces de cette scène. Comme si tu faisais trop. Tu les regardes un instant, restant un peu bloqué avant de souffler, presque plus pour toi que pour eux « …Je vais chercher des assiettes … » Et tu t’enfuies vers la cuisine pour attraper trois assiettes. C’est idiot, tu sais même pas pourquoi tu fais ça. Tu ne manges pas tellement de nourriture de ce genre. T’as plutôt tendance à cuisiner. C’est meilleur. Pourtant, là, tu te vois mal refuser. Peut-être parce que ton ventre cri famine. Ou peut-être parce que, inconsciemment, tu n’as pas tellement envie de les laisser tous les deux. Alors sans un mot, tu reviens dans le salon pour poser les assiettes sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
staff ◊ cute little pearl
avatar

Alix Perrin

pseudo : nevaeh.
messages : 76
Date d'inscription : 21/11/2016
avatar + © : kristina bazan • good vibes

âge : elle a atteint la majorité internationale.
job/étude : c'est la danse qui l'a fait vibrer, la danse qui rythme ses journées.

MessageSujet: Re: alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure   Mar 22 Nov - 21:13

Elle reprend sa position. Elle reprend son souffle. Les mouvements se répètent et s’enchaînent inlassablement, laissant ces corps gracieux s'entrecroiser avant de se détacher avec une coordination presque parfaite. Presque. Parce que rien n'est jamais trop parfait, surtout pas en danse. Régler ce balais comme le coucou d'une horloge ne sera jamais assez pour l’œil de faucon de David. Lui dont la langue claque, lui dont le regard se fait dur comme la pierre. « Ressaisis-toi Alix. » s'impatiente-t-il en scrutant le collectif à la recherche de nouveaux défauts. L'éternel insatisfait. La pauvre jeune femme s'arrête, se ressaisie et se replace. Malgré la fatigue, son envie de faire de son mieux reste intacte. Diamant étincelant au milieu des ruines. Une passion qui ne laissera aucune tempête dévaster les rêves de la danseuse. Pas même Mo. Même si leurs corps s'éreintent mutuellement, même si leurs regards se cherchent pour mieux se fuir. Même si il l'épuise plus que le moindre mouvement de bras supplémentaire, plus que les pointes qui se relayent. Alix se ferme, Alix se blinde. Elle se fait pierre pour ne pas se laisser atteindre. Elle cherche cette distance qui la sauvera de ses étreintes mesquines. Ne peuvent-ils pas danser sans se toucher ? Il s'avance. Elle s'élance. Ils se retrouvent au cœur de la scène, entourés par la dizaine d'autres corps en mouvement. N'ayant appris à se voir que par le toucher, les mains de Morgan viennent se poser sur elles. Il s'accroche, la retient. Plus qu'il ne le devrait. Elle se laisse basculer en arrière, se cambre souplement. Elle se laisse aller dans ses mains, tremblante comme une feuille sous l'effet de ce contact à travers le tissus fin de sa tenue. Elle en oublie presque d'écouter les attaques incessantes du Coach. Il n'y a qu'eux et la musique. Eux au milieu d'un monde où les bruits de la civilisation ont été remplacés par les doux sons des notes classiques. Le moment de la séparation est trop vite arrivé, et pourtant bienvenue après ces montagnes russes.

« Dépêches-toi Scar, sinon je pars sans toi ! » prévient-elle néanmoins avec douceur en commençant à prendre la fuite sans en avoir l'air. Elle est la première à être sortie des vestiaires, pressée de quitter ces lieux après s'être savonnée en vitesse. Ses pas légers semblent effleurer le sol en marbre. Ses cheveux lâches retombent dans son dos, se balançant de part et d'autre de celui-ci avec la raideur de l'humidité. Elle sort, Oscar sur ses pas, ayant échappée de justesse au regard implorant de son séduisant partenaire. Ne voulant pas jouer avec le feu, elle grimpe aussitôt sur son vélo pour pédaler jusque chez elle en très bonne compagnie. Le loft aux grands murs en verre les attendent, loin de tout. À l'intérieur, la baie arrière donnant sur le jardin est grande ouverte. Des aboiements en proviennent, jusqu'à ce que Poisson déboule en courant pour sauter sur sa maîtresse. Le shiba roux s'attaque ensuite à son invité préféré, cherchant à jouer avec lui en sautant comme un jeune chiot. « Tant qu'il est occupé avec toi, je vais me changer. On va se baigner un peu ? Après on fera un truc à manger. » demande-t-elle en s'étirant, signifiant ainsi à son grand ami qu'elle doit absolument faire une pause détente avant que ses nerfs ne lâchent. On frappe au même instant. La jolie blonde fronce les sourcils, pourtant persuadée d'avoir refermé le portail derrière elle pour qu'aucun petit malin n'ait l'idée d'emprunter les vélos laissés contre la palissade dans la cours. Il n'y a pas vraiment de voleurs ici. Enfin … « Vas-y, je fais vite. » acquiesce-t-elle en courant vers la salle de bain, suivie par le canidé d'après un simple signe de tête. Ses vêtements glisses et tombent à terre. Les voix qui lui viennent de la pièce principale sont à peine audible, mais la monégasque pense avoir reconnut son invité surprise. Elle revêt un paréo coloré par-dessus son maillot, laissant ses longues jambes à découvert et dissimulant à peine le reste de son corps fuselé. « Sauves-moi … » supplie-t-elle son nounours dans un murmure en lui caressant la tête une dernière fois avant d'ouvrir la porte. Il reste près d'elle jusqu'à voir le nouvel arrivant. Tout comme sa propriétaire, il s'arrête dans un premier temps pour l'observer. « … Je vais chercher des assiettes … » se défile l'anglais. Quel lâche. Elle, elle fuit toujours son regard. Elle s'accroupit près de Poisson, l'empêchant de sauter sur Morgan qu'il n'a jamais vu. Il se calme sous la douceur de ses mains, pour s'asseoir en lui donnant la patte. Sans se détourner de la bouille adorable du gros bébé chien, elle demande discrètement « Pourquoi tu es là ? Je croyais que ... » en s'arrêtant net lorsque son meilleur ami revient avec de quoi mettre la table. « Donnes, on va mettre la table dehors. » propose-t-elle en tendant les mains nerveusement vers les couverts pour sortir avec dans le grand patio verdoyant. Fuir. Ne pas laisser les pupilles de Mo la dévorer. Ne pas être tentée par ses lèvres. Pas devant Oscar en tout cas. Elle surjoue « Tu nous as ramené quoi de bon ? Du chinois ? Hmmm ! » en prenant soin de garder une certaine distance avec le jeune homme. Elle a beau aimer la nourriture asiatique, la pauvre Alix aurait préférée faire la cuisine avec le british plutôt que de se retrouver avec lui chez elle.


Dernière édition par Alix Perrin le Mar 22 Nov - 21:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member ◊ cute little nemo
avatar

Morgan Céasar

pseudo : nev.
messages : 139
Date d'inscription : 21/11/2016
avatar + © : dylan rieder (badblood)

âge : vingt trois collants
job/étude : vendeur de rêves et de pirouettes, entre école et troupe de danse.

MessageSujet: Re: alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure   Mar 22 Nov - 21:35


tu sais qu'tu dérange. c'est flagrant chez Alix, quand elle en a marre de toi, elle emploi son monde entier pour te le faire savoir. cette ballerine est trop facile à cerner bien trop difficile à entièrement la comprendre. parfois durant des jours entier tu retrouves son sourire, sa légèreté. elle laisse de coté le reste, elle enterre tes défauts et se laisse aller à des dîners, des corps à corps, des étreintes impossible à qualifier. et parfois elle devient pierre. tes amis disent que si tu avais un minimum de sympathie tu la laisserais tomber. ne comprennent-ils pas à quel point t'as aucune force face à ses courbes et sa grâce non voilée ? c'est physique, c'est impossible à combattre. si elle n'a pas ton cœur, elle a ton avidité. et toi, son coeur tu l'as que trop de fois piétiné. parfois sans le vouloir, souvent sans le savoir, et quelques rares fois avec banalité. tu ne connais pas la raison de ce nouveau chapitre, de cette nouvelle fuite. mais c'est Alix, et ça n'a que trop duré. tu as réussis à long moment à éviter ce genre de connerie, tu t'ais laissé aller dans les bras d'autres filles, contre des corps impossible a résister. mais c'est remonté, lentement comme une marée c'est revenu. et a trop vouloir faire taire cette envie, t'as finis par en être accaparé. Pauvre london'boy, là au milieu de tout ça. à peine arrivé depuis quelques semaines et déjà il semble pris à mal par vos tourment de stupidité. comme à l'instant, quand elle passe la tête par la porte. la tête.. pas sur que tu t'arrêtes à cette hauteur quand son corps se dévoile avec beaucoup trop peu de parties cachées. bordel est-ce vraiment légale d'autant être tenté ? …Je vais chercher des assiettes … il fuit, il est pas con le gars. tu souries vaguement en le voyant partir, serait-ce de la reconnaissance dans ton sourire ? un instant tu te dis qu'il sait. il sait peut-être lui pourquoi cette fois-ci elle a décidé de t'éloigner. il fuit et tu te retrouves face à elle.
elle fixe son attention sur le truc poilu à ses pieds. chien, ça ? tu préfères garde cette réflexion dans ta tête, pas sur qu'aujourd'hui elle veuille rire avec toi. c'est fou comme parfois son rire et vos discussions peuvent faire douter de vos relations. Pourquoi tu es là ? Je croyais que ... je voulais ju.. tu parles en même temps qu'elle pour la couper, seulement l'arrivé du blond t'oblige à t'arrêter. où plutôt sa manière de réagir, à elle. Donnes, on va mettre la table dehors. tu déranges, tu le sais. mais t'as appris à ne pas attendre qu'elle se décide à revenir. parfois elle le fait. souvent même. mais parfois c'est trop long et t'es qu'un homme. tu jettes un regard à Oscar, tu devrais peut-être t'excuser de gâcher encore une fois leur soirée. tu devrais peut-être... mais il semble tellement être un élément inclus dans cette relation que tu vois pas comment tu pourrais le soustraire à tout cela. lui et son arrivé si étrange dans ce cercle. tu suis du regard Alix qui s'éloigne vers l'extérieur, ton regard ses perds sur ses courbes. bordel elle te rendrait fou. vraiment. Tu nous as ramené quoi de bon ? Du chinois ? Hmmm ! elle se force, c'est facile à savoir. elle te fuit c'est difficile à encaisser. tu serres les dents soupirant en suivant le mouvement. au moins je serais pas seul à ne pas manger une soupe de légume ce soir.. réplique essayant de détendre les choses. difficile ? tu fixes le british qui semble ne pas pouvoir partir. tu retiens plutôt vite les enchainements... c'est assez impressionannt. t'essayes de faire la conversation. elle t'en voudra peut-être moins si t'es sympa avec. non pas que tu l'utilises pour ça, ce Oscar t'as pas tellement l'occasion de parler avec. y'a souvent Alix dans les parages, et Alix elle te fuit, alors elle amène Oscar loin. pas cette fois. tu arrives dans le patio posant les boites sur la table, tu remet ta casquette en place observant les lieux puis ton collègue danseur. t'essayes de laisser de l'air à ta danseuse, t'essayes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member ◊ cute little nemo
avatar

Oscar Teller

pseudo : tadshoot
messages : 15
Date d'inscription : 21/11/2016
avatar + © : benjamin eidem

âge : 24
job/étude : danseur classique

MessageSujet: Re: alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure   Mer 23 Nov - 3:25

T’aimais bien l’idée d’aller te baigner. Et tu regrettes un peu que Morgan soit là. T’aurais volontiers profiter d’un peu de temps tranquille avec Alix. Pas de complication. Pas de dispute. Pas de faux semblant. Nan. Juste elle, toi et la mer. C’est une bonne combinaison ça. Et tu observes la brune tandis qu’elle prend nerveusement les couverts pour s’échapper vers la terrasse. Peut-être que tu aurais du dire à Morgan de partir. Probablement. Tu restes un instant là, planté comme un idiot, avant de suivre sur la terrasse, commençant à installer les assiettes. « Tu nous as ramené quoi de bon ? Du chinois ? Hmmm ! » T’aimes pas tellement la voir comme ça Alix. Voir ce masque qu’elle se force à porter. Tu jettes un petit regard à Morgan. Tu sais pas pourquoi il s’acharne à rester. Il doit bien avoir capté qu’elle veut pas lui parler. Que c’est pas le moment. Pourtant, non. Il reste. Il essaye même de détendre un peu l’atmosphère. « au moins je serais pas seul à ne pas manger une soupe de légume ce soir.. » Tu esquisses un léger sourire malgré toi. Leger. C’est vrai que t’aurais surement manger quelque chose dans le genre. Probablement pas une soupe, mais une salade peut-être. Faut dire, tu bouffes pas n’importe quoi. Morgan, tu sais pas bien comment il fait. Pour rester aussi en forme en mangeant des trucs comme du chinois. Pour rester aussi … bien foutu. Malgré toi, ton regard glisse un peu trop sur son corps avant de se reposer sur son visage lorsqu’il s’adresse à toi. «  tu retiens plutôt vite les enchainements... c'est assez impressionnant. » T’es touché. Qu’il ait pu te remarquer. Qu’il puisse trouver ça impressionnant. Il faut l’avouer, il t’impressionne aussi. T’aimes sa façon de bouger. De rendre tout si facile. Comme si les mouvements étaient simplement une continuité de son corps. « Oh … C’est sympa … » Pas très bavard. Comme d’habitude. Sauf que d’habitude, Alix parle pour toi. Elle comble tes silences. Mais pas cette fois. Alors tu t’efforces d’ouvrir de nouveau la bouche. « Mh… T’es vraiment doué aussi. Tu en fais depuis longtemps ? » Poser des questions. Ton arme secrète pour faire parler les autres et ne pas avoir à déblatérer sur toi. T’as jamais vraiment aimé ça. Parler de toi. Le sujet n’est pas assez intéressant. Tu les quittes un instant pour aller chercher des verres et de l’eau, les ramenant à tables tandis que les autres sortent la bouffe. Puis finalement, tu t’installes. A coté d’Alix et en face de Morgan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
staff ◊ cute little pearl
avatar

Alix Perrin

pseudo : nevaeh.
messages : 76
Date d'inscription : 21/11/2016
avatar + © : kristina bazan • good vibes

âge : elle a atteint la majorité internationale.
job/étude : c'est la danse qui l'a fait vibrer, la danse qui rythme ses journées.

MessageSujet: Re: alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure   Mer 23 Nov - 10:54

Sans son arrivée impromptue, les deux amis auraient pu profiter de la tranquillité du quartier pour relaxer leurs muscles endoloris dans la piscine fraîchement installée sur le toit-terrasse. Mais puisqu'au jeu du chat et de la souris Alix a décidée de ne plus être celle qui court désespérément et en vain, Morgan prend le relais. Elle l'évite, il la traque. Rusé comme un renard, il vient de réussir un coup de maître en la prenant en embuscade chez elle, là où aucune échappatoire n'est possible. En revanche, il aurait du prévoir la présence d'Oscar dans le loft pour toute la soirée. À son regard, la jeune femme voit bien qu'il est déstabilisé, prit au dépourvu. Il se sent un peu idiot autant que malvenu. Sauvée du loup affamé, la pauvre biche garde malgré tout ses distances en jetant un léger coup d’œil reconnaissant à son complice. Elle reste néanmoins tendu le temps que celui-ci s'éclipse pour chercher de quoi se mettre à table. « Je voulais ju … » commence à se justifier son partenaire alors qu'elle l'interroge au même moment sur sa visite malvenue. Oscar revient malheureusement trop vite pour qu'ils ne puissent s'expliquer. Un léger soupir de soulagement glisse entre les lèvres fines de la jeune femme qui prend le relais pour mettre la table. Ne pas savoir est parfois la meilleure solution. N'est-ce pas ce qu'il faut se dire dans une pareille situation ?

Ils savent. Ni l'un ni l'autre n'est assez dupe pour penser une seule seconde qu'Alix est aussi ravie de cette soirée à trois qu'elle ne le laisse paraître. Pourtant aucun des deux n'ose dire un mot à ce sujet. Au lieu de cela ils discutent entre eux, essayant de faire connaissance alors que rien ne les lies vraiment malgré leur passion commune et une danseuse bien particulière. « tu retiens plutôt vite les enchaînements ... c'est assez impressionnant. » complimente-t-il Scar en la suivant dehors. Arrivée près de la table extérieure où elle entrepose couverts et assiettes, elle en profite pour observer ses deux invités. Pourquoi ce soudain intérêt, cette gentillesse envers son meilleur ami ? Elle ne dit rien pour autant, tendant seulement l'oreille pour suivre leur conversation par curiosité. « Oh … C’est sympa … » répond l'anglais avant de détourner la conversation de sa personne comme il sait si bien le faire « Mh… T’es vraiment doué aussi. Tu en fais depuis longtemps ? ». Alix sourit. Avec une douceur qu'elle aimerait cacher, laissant sa froideur disparaître un instant face à des paroles déjà échangées entre les deux amants. « Depuis qu'il a l'âge de tenir en équilibre sur ses deux pieds. » laisse-t-elle échapper en s'asseyant. En relevant son regard, elle se rend compte de son manque d'aigreur envers lui malgré ce qu'elle subit par sa faute. Oscar s'éclipse à nouveau, allant chercher de quoi boire tandis que le brun s'installe de l'autre côté de la table. Malaise. Elle ne veut plus rien dire, fuyant à nouveau son regard pour se concentrer sur autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
member ◊ cute little nemo
avatar

Morgan Céasar

pseudo : nev.
messages : 139
Date d'inscription : 21/11/2016
avatar + © : dylan rieder (badblood)

âge : vingt trois collants
job/étude : vendeur de rêves et de pirouettes, entre école et troupe de danse.

MessageSujet: Re: alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure   Mer 23 Nov - 16:56


petit cheveux sur la soupe, tu évolues avec grâce et simplicité sous les regards qui crient ne pas vouloir de toi ici. parfois c'est à se demander si t'arrives vraiment à bien le supporter ? pourquoi donc à ce point ne pas accorder tant d'importance aux regards et réactions sur ta personne ? mais tu fais rien de mal, et en parfait gars sincère et franc tu t'attends à ce que les gens crient à ton visage qu'ils ne veulent pas de toi si vraiment c'est le cas. alors tu continues, tu t'incrustes, tu devrais faire demi tour, rebrousser chemin. oui en vrai même toi t'en as vaguement envie, sauf que ça ferait franchement con de prendre tes jambes à ton cou juste parce qu'il est là le british, ça montrerait encore plus l'objet précis de ta démarche. et t'es un homme, ton égo est souvent bel et bien présent. Oh … C’est sympa … le mec le plus bavard au monde. tu reconnais ici sa capacité à être ami avec la blonde, sa douceur et son calme qui fait un peu tâche si on le compare à toi. toi le mec calme et pourtant toujours bouillonnant de choses à dire, à faire, à découvrir. tu souries vaguement, sachant pour une fois pas trop quoi dire, et t'en viens à implorer mentalement qu'elle se remette à parler, à ne plus t'ignorer. à venir combler ce manque d'elle qui s'insinue entre tes muscles, dans ton corps et jusqu'à ta tête. bordel c'est des conneries d'en arriver à autant la désirer. Mh… T’es vraiment doué aussi. Tu en fais depuis longtemps ? les compliments, c'est narcissique, t'es habitué. enfin chéri parmi les surdoués, t'as toujours été le premier. pas par don du ciel, pas sans effort, juste avec un travail acharné d'un masochiste endiablé. et quand t'ouvres la bouche pour répondre c'est une voix différente qui s'élève. Depuis qu'il a l'âge de tenir en équilibre sur ses deux pieds. y'a pas que tes yeux qui dévient, y'a aussi ceux du british surprit de ce ton, de cette voix, de ce calme. bordel comme quoi il faut parler de ton jeu de jambes et de bras pour la dérider. c'est affreux comme c'est blasant. et comme un intrus qui se sent mal le british disparait lentement vous laissant seul. l'occasion rêvé que tu voulais, l'occasion attendu et parfaite. pourtant y'a ce silence qui revient, et elle continue son manque d'effort. bordel t'aimerais tellement juste revenir en arrière. tu t'appuies contre la table... s'il était pas gay j'pourrais sincèrement comprendre pourquoi tu me fuis depuis un moment.. blague pourrie, blague stupide, mais en même temps c'est vrai que ça pourrait largement valoir son explication. Toi tu penses que tu le prendrais mieux si encore elle était occupé avec un autre. faux, tu sais que ça te saoulerais autant que maintenant, pas plus. pas moins. elle te manque c'est certain. soupire. tu l'observes, et elle fuit ton regard. ça t'ennuie autant que ça ne fait qu'augmenter ton envie pour elle, c'est frustrant, c'est lassant. on peut pas au moins faire une trêve pour ce soir ? ... tu me reproches quoi pour me le faire payer autant et si longtemps ? une semaine, deux semaines tu pouvais encore un peu comprendre, un peu rester simple et serein mais là ça devient long...

c'est un bruit de verre qui vient troubler votre discussion. tu lèves la tête, cette fois-ci ton regard croisant le sien bleu et troublant. à l'aise avec ses jambes mais pas adroit de ses mains l'british, j'vais voir. tu t'lèves avec souplesse rejoignant la cuisine en entendant Alix demander si y'a besoin d'aide. t'en sais rien, et tu arrive dans la cuisine le voyant à quatre patte par terre avec du verre. fais gaffe si tu commences à tout casser sa vaisselle, toi non plus elle va plus te parler pendant des jours.. tu lances avec un humour calme alors que tu ouvres la poubelle. tu attrapes un torchon pour essuyer une fois qu'il a tout nettoyé. tu traines tout le temps avec elle ? tu te renseignes juste, curiosité malsaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure   

Revenir en haut Aller en bas
 

alix et oscar ○ aux battements éphémères j'irais je le jure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Laughing Out Loud :: Biarritz, France :: Iraty :: Habitations-